PUTIN AT VALDAI

https://vimeo.com/242329624 -- IT

https://vimeo.com/240763052 - PT

https://vimeo.com/242329303 - RO

FULL TEXT OF THE ORIGINAL SPEECH THAT WAS WRITTEN AND PRONOUNCED BY VLADIMIR PUTIN AT THE VALDAI DISCUSSION CLUB ON OCTOBER 19, 2017

Tuesday, October 13, 2015

French --GUEST CONTRIBUITIONS: La minorité qui règne sur le pouvoir


Paul Craig Roberts, le 11 octobre 2015




Editorial du New York Times - La minorité qui règne sur le pouvoir


Par Nicholas Confessore, Sarah Cohen et Karen Yourish


Ils sont majoritairement blancs, riches, âgés et masculins, dans une nation qui se renouvèle par des électeurs qui sont les jeunes, les femmes, les noirs et les métis. Dans une nation tentaculaire, ils résident dans un archipel protégé de richesse, des banlieues très « sélect »   saupoudrées dans un petit nombre de cités et de villes. Et dans une économie qui a forgé des milliardaires dans une grande variété d’activités, la plupart n’ont fait fortune dans deux seulement : la finance et l’énergie.

A présent, ils utilisent leur énorme richesse dans l’arène politique, en fournissant la moitié de tous les dons aux partis destinés à soutenir les candidats démocrates et républicains à l’élection présidentielle. A peine 158 familles, et les sociétés qu’elles possèdent ou contrôlent, ont contribué pour 176 millions de $ à la première phase de la campagne, selon une enquête du New York Times. Il faut remonter au Watergate pour qu’aussi peu de gens et de sociétés aient apporté leurs dons à des partis pour autant d’argent lors d’une campagne électorale, la plupart du temps par des canaux estimés légitimes selon une décision de la Cour Suprême (en faveur de Citizens United il y a cinq ans).


La fortune de ces donateurs reflète la composition changeante de l’élite économique du pays. Il y en a peu qui travaillent dans les domaines traditionnels de l’économie américaine, ou qui soient les héritiers d’une dynastie fortunée.

La plupart ont construit leurs propres entreprises grâce à leurs talents et leur goût du risque pour en faire une source de grande richesse : ils ont créé des fonds spéculatifs à New York, acheté des concessions pétrolières sous-évaluées au Texas, financé des films à succès à Hollywood. Plus d’une douzaine des donateurs de l’élite sont nés en-dehors des Etats-Unis, et ont immigré depuis des pays comme Cuba, l’ancienne Union soviétique, le Pakistan, l’Inde et Israël.

Mais, peu importe le secteur, les familles qui investissent le plus dans les présidentielles sont très majoritairement de droite (dans la proportion de 138 contre 20), et contribuent à hauteur de dizaines de millions pour soutenir les candidats républicains qui se sont engagés à éviter les règlementations, réduire les impôts sur le revenu, les plus-values et la succession, et à diminuer les avantages acquis. Bien que ces mesures ne servent qu’à préserver leur propre richesse, les donateurs les décrivent comme la manière la plus sûre de promouvoir la croissance économique et de préserver un système qui permet aux autres de prospérer également.

« Il y a beaucoup de familles dans le pays qui sont à leur compte et qui sont d’avis que la sur-réglementation représente un fardeau pour les petites entreprises », déclare Doug Deason, un investisseur de Dallas dont la famille a contribué à hauteur de 5 millions de $ à la campagne du gouverneur du Texas Rick Perry et qui maintenant, après l’abandon de M. Perry, est courtisée par beaucoup de candidats encore en course. « Ils ont réussi. Ils veulent que d’autres gens réussissent également. »

En concentrant leurs ressources financières principalement au profit des candidats républicains, les donateurs rendent aussi la monnaie de leur pièce aux forces démographiques qui ont poussé l’électorat à soutenir le Parti Démocrate et ses politiques économiques. Deux-tiers des Américains sont en faveur d’une augmentation des impôts pour ceux qui gagnent plus d’un million de $ par an, selon un sondage de juin du New York Times/CBS News, dont 6 sur 10 sont favorables à une intervention du gouvernement pour réduire l’écart de revenus entre riches et pauvres. Selon le Pew Research Center, près de 7 sur 10 sont pour la préservation de la Sécurité sociale et des avantages de Medicare tels qu’ils existent.

Les candidats républicains ont fait beaucoup d’efforts pour améliorer leur image auprès des électeurs d’origine hispanique, des femmes et des Afro-américains. Mais au fur et à mesure du déroulement de la campagne, les Républicains dépassent de loin les Démocrates dans l’utilisation des « super PACS » qui, à l’inverse des campagnes personnelles des candidats, peuvent rassembler des sommes illimitées de la part d’un seul donateur, et qui constituent pour le moment l’essentiel des fonds de campagne de cette élection.

Les 158 familles ont contribué chacune à hauteur de 250 000 $ ou plus à la campagne à la date du 30 juin, selon les statistiques les plus récentes de la Commission Electorale Fédérale et d’autre données, alors que 200 familles supplémentaires ont donné plus de 100 000 $. Ensemble, les deux groupes ont contribué pour plus de la moitié des fonds à l’élection présidentielle – l’énorme majorité soutenant les Républicains. « Le système de financement de la campagne électorale est désormais une force contraire à l’évolution des électeurs et aux politiques auxquelles ils sont favorables », affirme Ruy Teixeira, un expert en démographie politique du Center for American Progress de tendance à gauche.

Comme la plupart des ultra-riches, la nouvelle élite des donateurs est très discrète. Très peu parmi ceux qui ont été contactés étaient volontaires pour parler de leurs contributions ou de leurs opinions politiques. Beaucoup de donations ont transité par des adresses d’entreprises ou des boîtes postales, ou des sociétés à responsabilité limitée ou des fidéicommis, utilisant les nouvelles voies ouvertes par Citizens United (et approuvées par la Cour Suprême), qui ont donné aux sociétés beaucoup plus de possibilités pour financer des candidats. Certains donateurs, pour des raisons de discrétion ou d’optimisation fiscale, ne sont pas enregistrés comme propriétaires des résidences dans lesquelles ils vivent, rendant ainsi encore plus opaques les liens familiaux et sociaux qui les unissent.

Cependant des interviews et l’étude de centaines de documents publics – cartes d’électeurs, statistiques d’entreprises, données de la Commission Electorale Fédérale (FEC) et autres – font apparaître une classe à part, séparée de la grande partie de l’Amérique, et étroitement liée géographiquement, socialement ou économiquement. Pratiquement tous les quartiers où ils résident pourraient tenir dans le périmètre de la ville de la Nouvelle-Orléans. Mais les minorités représentent moins d’un cinquième de la population globale de ces quartiers et virtuellement aucune d’entre elle n’est noire. Leurs résidents gagnent quatre fois et demie le salaire de l’Américain moyen, et sont deux fois plus nombreux à avoir une formation universitaire.

La plupart des familles sont agglutinées autour neuf cités, à peine. Beaucoup sont voisins, habitant les uns près des autres dans des quartiers comme Bel Air ou Brentwood à Los Angeles ; River Oaks, un quartier de Houston qui a les faveurs des cadres de l’énergie ; ou Indian Creek Village, une île privée près de Miami qui dispose de sa propre police et comprend 35 résidences le long d’un parcours de golf à 18 trous.

Parfois, selon les partis, ils sont les parrains des mêmes orchestres symphoniques, musées d’art, ou programmes de réinsertion des jeunes délinquants. Ils sont associés dans les affaires, liés par des liens de parenté grâce au mariage et, à l’occasion, même copains de poker.

Elles vivent dans le même voisinage :

Famille Hildebrand     - Don : 250 000 $
Famille Nau                - Don : 500 000 $
Famille Sarofim          - Don : 530 000 $
Famille Flores             - Don : 250 000 $

River Oaks – Country club Houston
Sur moins de 800 mètres

Famille McNair           - Don : 2 000 000 $
Famille Ansary            - Don : 2 000 000 $
Famille Kinder            - Don : 2 000 000 $
Famille Krohn             - Don :    250 000 $

Plus de 50 membres de ces familles font partie de la liste de Forbes 400 des plus importants milliardaires du pays, disposant d’une fortune telle que le don d’un million de dollars peut sembler relativement faible. Le milliardaire des fonds spéculatifs de Chicago, Kenneth C. Griffin, par exemple, gagne près de 68,5 millions de $ net par mois après impôts selon les documents du divorce établis par sa femme. Il a fait don d’un total de 300 000 $ à des groupes soutenant des candidats républicains à la présidentielle. C’est une grosse somme comparée à la contribution moyenne de seulement 21,17$ des ménages américains, selon des données sur le revenu après impôt du Bureau du Budget du Congrès.

La richesse des familles de donateurs reflète, en partie, la croissance importante du secteur des services financiers et le boum du pétrole et du gaz, qui ont été à l’origine de la transformation de l’économie américaine au cours des dernières décennies. Elles sont également les bénéficiaires des forces politiques et économiques qui augmentent l’inégalité des revenus : alors que la part des richesses et des revenus de la classe moyenne a fondu, ces familles font partie de celles dont la part a augmenté.

Principalement dans la finance et l’énergie.

Voir les 158 familles de donateurs :

http://www.nytimes.com/2015/10/11/us/politics/wealthy-families-presidential-candidates.html#donors-list

Sources: F.E.C. and I.R.S. filings; voter registrations; property assessment and deed records; corporate filings. One primary house and industry per family is shown.

 

http://www.paulcraigroberts.org/2015/09/10/911-fourteen-years-later/
                       
Le Dr. Paul Craig Roberts était Secrétaire-adjoint au Département du Trésor, responsable de la Politique Economique et corédacteur du Wall Street Journal. Il a été éditorialiste pour Business Week, Scripps Howard News Service, et Creators Syndicate. Il a occupé divers postes universitaires. Ses éditoriaux sur internet ont attiré un lectorat mondial. Les derniers livres de Roberts sont The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West (L’échec du capitalisme du laissez-faire et la dissolution économique de l’Occident) et How America Was Lost (Comment l’Amérique a été perdue).



Traduction Française : Patrick T revu Isabelle



No comments:

Post a Comment

Manlio Dinucci


SUBTITLES -- EN, FR, IT, PT, TR

SI VOUS VOULEZ TRADUIRE LES RAPPORTS DE MANLIO DINUCCI D'ANGLAIS, FRANÇAIS OU ITALIEN DANS VOTRE LANGUE MATERNELLE, SVP VEUILLEZ DEMANDER À

IF YOU WANT TO TRANSLATE MANLIO DINUCCI'S REPORTS FROM ENGLISH, FRENCH OR ITALIAN,INTO YOUR NATIVE LANGUAGE KINDLY CONTACT

luisavasconcellos2012@gmail.com


PUTIN FRENCH

putin

VLADIMIR SOLOVYOV WORLD ORDER

PRESIDENT

lie we live

pt

xmas





“Glory to God in the highest,

and on Earth

Peace, Good Will toward men.”

This Christmas, Give Peace