Monday, September 28, 2015

Français -- Paul Craig Roberts: Sans cervelle à Washington


Paul Craig Roberts, le 25 septembre 2015





Sans cervelle à Washington

Le quotient intellectuel de Washington semble suivre les taux d’intérêts de la Fed – il est négatif. Washington est un trou noir dans lequel tout le bon sens est aspiré dans des délibérations gouvernementales.

Les erreurs de Washington sont visibles partout. Nous pouvons constater les erreurs des guerres de Washington et dans l’approche politique de Washington envers la Chine et la Russie.

La visite du Président chinois Xi Jinping a été programmée pour le week-end après la visite du Pape à Washington. Etait-ce une façon pour  Washington de rabaisser le statut de la Chine que de voir son Président jouer les seconds rôles par rapport au Pape ? Le Président chinois ne serait-il là que pour faire la une des journaux du week-end ? Pourquoi Obama ne s’est-il pas contenté de lui dire d’aller se faire voir ailleurs ?

L’incompétence informatique de Washington et son incapacité à maintenir la cyber-sécurité en interne est attribuée à la Chine. Le jour précédent l’arrivée de Xi Jinping à Washington, le secrétaire d’état à l’information à la Maison Blanche a fait monter la pression à propos de la visite du Président Xi Jinping en annonçant qu’Obama pourrait menacer la Chine de sanctions financières*.
*Cela ne risque pas de se produire, étant donné que c’est la Chine qui finance les Etats-Unis en faillite depuis mars 2015…. (NdT.)

Et pour ne pas rater une occasion de menacer ou d’insulter le Président de la Chine, le Secrétaire d’Etat américain du Commerce a averti que l’administration d’Obama était très mécontente des pratiques commerciales de la Chine pour que le Président chinois puisse s’attendre à une réception amicale à Washington.


A contrario, lorsqu’ Obama a fait une visite en Chine, le gouvernement chinois l’a traité avec politesse et respect.

La Chine est le plus grand créancier de l’Amérique après la Réserve Fédérale. Si le gouvernement chinois en avait l’intention, la Chine pourrait causer à Washington de sérieuses difficultés économiques, financières et militaires. Pourtant la Chine recherche la paix alors que Washington ne cesse de la menacer.

Tout comme la Chine, la Russie elle-aussi mène une politique extérieure indépendante de Washington et c’est l’indépendance de leurs politiques étrangères qui oppose la Chine et la Russie à Washington.

Washington considère les pays qui ont des politiques étrangères indépendantes (non alignées) comme des menaces. La Libye, l’Irak et la Syrie avaient des politiques étrangères indépendantes. Washington en a détruit deux sur trois et travaille sur le troisième. L’Iran, la Russie et la Chine ont des politiques étrangères indépendantes, non alignées. Par conséquent, Washington considère ces pays comme des menaces et les dépeint comme cela au peuple américain.

Le Président russe Vladimir Poutine va rencontrer Obama la semaine prochaine à la réunion des Nations Unies à New York. C’est une réunion qui semble aller vers nulle part. Poutine veut proposer à Obama l’aide de la Russie pour vaincre l’Etat Islamique, mais Obama veut utiliser l’Etat Islamique pour renverser le Président syrien Assad puis installer un gouvernement fantoche et expulser la Russie de son seul port d’attache en Méditerranée à Tartous en Syrie. Obama veut faire pression sur Poutine pour restituer la Crimée Russe et les républiques sécessionnistes qui refusent de se soumettre au gouvernement russophobe que Washington a installé à Kiev.

Malgré l’hostilité de Washington, Xi Jinping et Poutine continuent d’essayer de coopérer avec Washington même au risque d’être humiliés aux yeux de leurs peuples dans leur pays. Combien d’affronts, d’accusations et de noms d’oiseaux (tels que « le nouvel Hitler ») Poutine et Xi Jinping pourront-ils accepter avant de perdre la face devant leurs peuples ? Comment peuvent-ils diriger leurs pays si leurs peuples ressentent de la honte infligée à leurs dirigeants par Washington ?

Xi Jinping et Poutine sont à l’évidence des hommes de paix. Se font-ils berner ou font-ils tous les efforts possibles pour sauver le monde d’une guerre finale ?

Il faut considérer que Poutine et Xi Jinping connaissent la Doctrine Wolfowitz, le fondement de la politique étrangère et militaire américaine, mais peut-être  qu’ils n’arrivent pas à croire que quelque chose d’aussi audacieux et absurde puisse exister ? En bref, la Doctrine Wolfowitz énonce que l’objectif principal de Washington est d’empêcher l’émergence de pays qui pourraient devenir suffisamment puissants pour résister à l’hégémonie américaine. D’où l’attaque de Washington envers la Russie à travers  l’Ukraine et la remilitarisation du Japon comme instrument contre la Chine, malgré la forte opposition de 80 pourcent de la population japonaise.

La « démocratie ? » « L’hégémonie de Washington n’a pas besoin d’une démocratie infecte », déclare le dirigeant fantoche du Japon pendant qu’en fidèle serviteur de Washington, il passe outre l’avis de la grande majorité de la population japonaise.

Pendant ce temps, la véritable base du pouvoir des Etats-Unis – son économie – continue de s’effondrer. Les emplois de la classe moyenne ont disparu par millions. L’infrastructure des Etats-Unis s’effrite. Les jeunes femmes américaines, croulant sous les dettes des prêts étudiants, des loyers et des frais de transport, et sans rien d’autre que des emplois à mi-temps sous- payés, publient sur internet leurs offres pour devenir des maîtresses d’hommes suffisamment aisés pour les aider à payer leurs factures. C’est l’image d’un pays du tiers-monde qui est ainsi présentée.

En 2004 à Washington DC., j’ai prédit lors d’une conférence télévisée à l’échelle nationale que les Etats-Unis deviendraient un pays du tiers-monde en l’espace de 20 ans. Noam Chomsky dit que nous y sommes déjà en 2015. Voici une citation récente de Chomsky :

« Regardez dans tout le pays. Ce pays tombe en lambeaux. Même lorsque vous revenez d’Argentine aux Etats-Unis, notre pays ressemble à un pays du tiers-monde, et encore plus lorsque vous revenez d’Europe. L’infrastructure s’écroule. Rien ne fonctionne. Les moyens de transport ne fonctionnent  pas. Le système de santé est un scandale – deux fois plus cher par personne que dans d’autres pays et pas très efficace. Point par point. Les écoles déclinent … »

Une autre caractéristique clef d’un pays du tiers monde, c’est la grande inégalité dans la répartition des revenus et des richesses. Selon la CIA elle-même, les Etats-Unis ont une des pires répartitions de tous les pays du monde. La répartition des revenus aux Etats-Unis est pire qu’en Afghanistan, en Albanie, Arménie, Australie, Autriche, Azerbaïdjan, au Bangladesh, Belarus, en Belgique, au Bénin, en Bosnie/Herzégovine, au Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cameroun, Canada, en Côte d’Ivoire, Croatie, à Chypre, en République tchèque, au Danemark, en Egypte, Estonie, Ethiopie, Finlande, France, Allemagne, au Ghana, en Grèce, en Guinée, Guyane, Hongrie, Islande, Inde, Indonésie, Iran, Irlande, Israël, Italie, au Japon, en Jordanie, au Kazakhstan, Kenya, en Corée du Sud, au Kirghizistan, Laos, en Lettonie, au Libéria, en Lituanie, au Luxembourg, en Macédoine, au Malawi, Mali, à Malte, en Mauritanie, à l’le Maurice, en Moldavie, Mongolie, au Monténégro, Maroc, Népal, aux Pays-Bas, en Nouvelle Zélande, au Nicaragua, Niger, Nigéria, en Norvège, au Pakistan, aux Philippines, en Pologne, au Portugal, en Roumanie, Russie, au Sénégal, en Serbie, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Suède, Suisse, à Taiwan, au Tadjikistan, en Tanzanie, au Timor-Leste, en Tunisie, Turquie, au Turkménistan, en Ouganda, Ukraine, au Royaume-Uni, en Ouzbékistan, au Venezuela, Vietnam, et Yémen.

et

La concentration des revenus et des richesses aux Etats-Unis est entre les mains des très riches représente une nouvelle évolution au cours de ma vie. Je l’attribue à deux raisons. L’une est la délocalisation à l’étranger des emplois américains. Le transfert des emplois hautement productifs et à grande valeur ajoutée vers des pays dont l’offre d’emplois excédentaire a pour conséquence des salaires bien inférieurs dans la contribution de la main-d’œuvre à la valeur produite. Les coûts salariaux très inférieurs à l’étranger transforment ce qui étaient des salaires et des traitements élevés américains et donc des revenus des ménages américains, en bénéfices d’entreprises, en super bonus pour les dirigeants et en revenus de capitaux pour les actionnaires, et causant le démantèlement de l’ascension sociale qui avait fait des Etats-Unis une « terre d’opportunités de carrière ».   

L’autre cause de l’extrême inégalité qui prévaut actuellement aux Etats-Unis est ce que Michael Hudson appelle la financiarisation de l’économie qui permet aux banques de rediriger leurs revenus, du financement de l’économie vers les revenus issus des intérêts au service de la dette vendue par les banques.

Ces deux paramètres maximisent les revenus et la richesse des 1 % aux dépens de la population et de l’économie.

Comme Michael Hudson et moi l’avons découvert, l’économie néolibérale est aveugle à cette réalité et ne sert qu’à justifier la destruction des perspectives économiques du monde occidental. Il reste à voir si la Russie et la Chine seront capables de développer une économie différente ou si ces superpuissances émergentes seront à leur tour victimes de « l’économie pourrie » qui a détruit l’Occident. Avec tant d’économistes chinois et russes formés aux traditions américaines, les perspectives de la Russie et de la Chine ne sont peut-être pas meilleures que les nôtres.

Le monde entier pourrait bien finir dans le caniveau, tous ensembles.


 
                   
Le Dr. Paul Craig Roberts était Secrétaire d’Etat adjoint au Département du Trésor, responsable de la Politique Economique et corédacteur du Wall Street Journal. Il a été éditorialiste pour Business Week, Scripps Howard News Service, et Creators Syndicate. Il a occupé divers postes universitaires. Ses éditoriaux sur internet ont attiré un lectorat mondial. Les derniers livres de Roberts sont The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West (L’échec du capitalisme du laissez-faire et la dissolution économique de l’Occident) et How America Was Lost (Comment l’Amérique a été perdue).


Traduction Patrick T rev Isabelle

No comments:

Post a Comment

PUTIN FRENCH

putin

VLADIMIR SOLOVYOV WORLD ORDER

PRESIDENT

lie we live

pt

xmas





“Glory to God in the highest,

and on Earth

Peace, Good Will toward men.”

This Christmas, Give Peace